Collectivités

Collectivités 2017-05-25T09:05:04+00:00

Des groupes d’habitants vous contactent pour réaliser des projets d’habitat ?
Votre collectivité s’intéresse à l’habitat participatif, et vous recherchez la mixité ?
Vous disposez de fonciers « complexes » que vous souhaitez valoriser ?
Vous cherchez à explorer de nouvelles voies dans l’habitat ?
Nous pouvons vous apporter des réponses réalistes et concrètes.

Téléchargez la Plaquette Cpa Cps

Une réponse opérationnelle à des aspirations citoyennes croissantes

La démarche de Cpa-Cps est fondée sur le constat d’un décalage entre les propositions immobilières classiques et les aspirations d’un nombre croissant de citoyens qui se projettent dans des lieux de vie ouverts, collaboratifs, écologiques et solidaires. Après avoir, à titre privé, fait l’expérience de l’autopromotion dans le cadre du projet Diwan à Montreuil, nous en avons compris les limites et tiré les enseignements. En créant Cpa-Cps en 2011, notre objectif était de proposer un modèle alternatif, permettant aux futurs acquéreurs de réaliser leur projet sans en assumer les risques financiers, et sans se perdre dans les arcanes juridiques et réglementaires inhérents à toute opération immobilière. « Construire pour les autres comme pour soi-même » (d’où l’acronyme Cpa-Cps), c’est assumer pleinement, en tant que maître d’ouvrage, la responsabilité de la construction pour un groupe d’habitants qui nous accorde sa confiance. Cela signifie aussi conserver le même engagement dans les projets, le même attachement à leur réussite, la même exigence architecturale et environnementale que s’il s’agissait du nôtre, tout en donnant aux habitants la place de « maîtres d’usage » qui leur revient.

Retours d’expérience : les 5 raisons de s’intéresser à l’habitat participatif 

Si nous continuons à faire des projets participatifs, c’est parce qu’ils ont des effets positifs et concrets sur le destin des villes et celui de leurs habitants :

  1. Des réponses souples adaptées aux situations foncières tendues. Parce qu’ils ne sont pas formatés, donc plus flexibles, et qu’ils n’ont pas les mêmes critères de rentabilité que ceux des promoteurs immobiliers, les projets participatifs parviennent à trouver des solutions là où les modèles classiques échouent. Qu’il s’agisse de parvenir à un équilibre économique sur une parcelle très étroite où aucun promoteur n’a voulu se risquer, ou proposer une solution à un propriétaire privé pour sortir d’un long blocage pour cause de recours des tiers, nous faisons bouger les lignes architecturales, techniques et juridiques en nous appuyant sur la concertation, la pédagogie et l’innovation.
  2. Une ouverture des portes et des esprits. Nos projets développent une culture de l’habitat qui rend les habitants plus ouverts à la dimension urbaine au sens large du terme. Dans les faits, ce sont des projets catalyseurs d’autres dynamiques – culturelles, associatives, écologiques, etc. -qui rayonnent sur l’ensemble de leur quartier, certains espaces mutualisés pouvant même revendiquer un statut d’ERP (Etablissement Recevant du Public). La concertation est engagée avec les riverains dès le début du projet pour favoriser son appropriation et en faire un lieu à la fois bien inséré dans son quartier et ouvert sur l’extérieur.
  3. Des projets empreints d’écologie. Conçus pour la frugalité énergétique, les projets d’habitat participatifs sont aussi plus verts et plus responsables : optimisation de la surface constructible, mutualisation d’espaces, ambitions environnementales qui dépassent la notion de label. Nos projets se caractérisent par la recherche du meilleur équilibre entre innovation technique et robustesse des équipements, l’objectif étant de réaliser des bâtiments simples à entretenir pour des habitants formés pour les faire vivre et les préserver.
  4. Des projets rêvés pour durer. Les projets participatifs se distinguent par un attachement et une identification très forte des habitants à leur lieu de vie, avec un renouvellement des occupants qui reste très inférieur à la moyenne. Pour autant, il ne doit pas compromettre l’esprit des lieux qui les caractérisent. Mais précisément parce qu’ils ont été pensés pour concilier l’intimité et la rencontre, le privatif et le collectif, ces dimensions sont inscrites « en dur » dans l’architecture, et demeurent au-delà de ceux qui les ont rêvés et conçus.
  5. Des projets qui ont le virus de la transmission. Lorsqu’ils font partie d’un contexte d’aménagement global, les projets participatifs créent des passerelles et favorisent la porosité avec les projets plus classiques, pour créer du lien social durable face au risque de simple juxtaposition de différents types de logements (accession aidée à la propriété / accession libre / logement social).

Le modèle Cpa-Cps : les 3 points forts

  1. Les futurs propriétaires sont partie prenante du projet dès la phase de conception, et interviennent dans un cadre sécurisé par Cpa-Cps sur le plan méthodologique, juridique et financier. Du fait de la présence de la maîtrise d’ouvrage, le groupe d’habitants peut se focaliser sur l’essentiel, à la différence des auto-promoteurs qui sont souvent rapidement happés par les questions techniques, juridiques et financières. Notre démarche permet a contrario aux futurs habitants de rester disponibles aux arbitrages qui concernent leur futur cadre de vie.
  2. Les logements sont vendus en VEFA, permettant aux acquéreurs de bénéficier d’un prix de vente garanti et de l’assurance de l’achèvement de l’ouvrage.
  3. Les projets sont réalisés en partenariat avec Habitat et Humanisme, qui agit depuis plus de 30 ans en faveur du logement et de l’insertion des personnes en difficulté. L’association acquiert des logements destinés à la location de longue ou moyenne durée pour proposer à ses bénéficiaires des logements passerelle, logements inter générationnels, etc. A travers le Mouvement d’aide au logement, Habitat et Humanisme accompagnent également les foyers du groupe d’acquéreurs qui rencontrent des difficultés dans l’obtention de leur prêt bancaire, par des dispositifs de prêt à taux zéro complémentaires ou des montages plus spécifiques.

La méthode

La commande peut émerger de différents contextes :

  • La sollicitation d’un groupe d’habitants à la recherche d’une solution pour concrétiser son projet
  • Un appel d’offre de la part d’une collectivité sur une parcelle identifiée, sur laquelle Cpa-Cps propose de réaliser un projet d’habitat participatif, en partenariat avec la ville.
  • L’achat d’un foncier à un propriétaire privé par Cpa-Cps permettant de fédérer, via des appels à candidatures, un premier noyau dur d’habitants pour initier un projet d’habitat participatif
  • Des promoteurs nationaux qui souhaitent intégrer des propositions participatives dans leur programme

Les ateliers de co-production

Lieux d’expression privilégiés des besoins des maîtres d’usage, les ateliers sont aussi un lieu de cohésion et un espace de co-production du projet avec la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. Les ateliers sont pilotés par la maîtrise d’ouvrage, qui est garante de la cohérence globale du projet, de manière à assurer la faisabilité des scénarios qui s’élaborent au fil des séances. Cette co-production concerne toutes les dimensions du projet, qu’elles soient individuelles, collectives, formelles, économiques, esthétiques, réglementaires, festives…

  • Une première série d’ateliers très réguliers durant les 6 premiers mois permet d’élaborer le projet « collectif » jusqu’au dépôt du permis de construire.
  • Des ateliers plus thématiques après le dépôt du permis de construire, et qui sont prolongés en phase de chantier par des visites régulières sur site.
  • Tous les ateliers font l’objet de compte rendus très précis, de manière à constituer un historique pour les habitants qui rejoignent le groupe en cours de route et éviter les retours arrière sur les décisions prises.

Au fur et à mesure que le projet s’élabore, et que les habitants font réellement « groupe », ils s’emparent de leur projet et gagnent en autonomie. Ils se réunissent alors entre eux pour débattre de leur projet et privilégier certaines orientations. Ils organisent également des commissions en sous groupe, pour élaborer les différents sous-projets (salle commune, jardins, …)

La démarche d’appropriation
Tout en garantissant le respect des rôles et compétences de chacun, les ateliers vont créer les conditions de l’appropriation du processus de construction par les futurs habitants. L’objectif est double : à la fois intégrer la logique de la construction pour que chacun appréhende de manière concrète sa marge de manœuvre dans la conception – voir la construction – de son propre logement, et se projeter dans la vie quotidienne du futur bâtiment pour en favoriser un meilleur usage et plus largement un meilleur rapport avec son quartier et avec sa ville.

Pour en savoir plus sur notre philosophie, notre méthode et nos projets, nous vous invitons à visiter les différentes rubriques de notre site.