Quand on est célibataire avec un revenu modeste, proche de la retraite, sans patrimoine ni épargne, trouver une banque pour soutenir son projet d’acquisition relève de la gageure. C’est la situation à laquelle Hélène a été confrontée, lorsqu’elle a voulu acheter le studio de 35 m2 qui lui était réservé dans le Jardin divers. Or il paraissait inconcevable que le projet, dont elle représente l’un des piliers depuis l’origine, puisse se faire sans elle. Une solution originale et sur-mesure a donc été mise au point avec Habitat et Humanisme.

Séparer usufruit et nue propriété
Pour permettre à Hélène de dépasser l’obstacle du prêt qu’aucune banque n’était prête à lui accorder, Habitat et Humanisme s’est porté acquéreur de la nue propriété de son studio, tandis que l’usufruit revient à Hélène, qui s’acquitte d’un loyer mensuel. Si elle décidait de déménager, elle récupérerait la majeure partie des loyers déjà versés qui représentent une forme d’épargne. En cas de décès, Habitat et Humanisme devient pleinement propriétaire de l’appartement (Hélène n’ayant pas d’héritier). On retrouve Hélène dans une vidéo tournée à l’occasion d’une visite de chantier, où elle annonce aux autres habitants qu’Habitat humanisme a trouvé pour elle une solution et leur fait part de son soulagement.